Mali: Une quinzaine de candidats aux prochaines élections présidentielles

MAP
25.06.2013
14h00
Partager Version imprimable Commenter (0)

Bamako, 25 juin 2013 (MAP) - Une quinzaine de dirigeants politiques se sont déclarés candidats ou ont été investis par leur parti pour le scrutin présidentiel au Mali dont le premier tour est prévu le 28 juillet avant un éventuel second tour le 11 août.

Parmi les principaux candidats, figurent Soumaïla Cissé, ex-ministre à plusieurs reprises, ainsi que trois anciens Premier ministres, Ibrahim Boubacar Keïta, Modibo Sidibé et Cheick Modibo Diarra, qui a annoncé lundi sa candidature à l'élection présidentielle du 28 juillet prochain.

"Je suis candidat parce que de très nombreux citoyens maliens ont demandé que je porte l'espérance pour le Mali de demain. Je ne peux pas rester insensible à leur démarche. Le débat sera très intéressant et je ne veux pas le fuir", a déclaré Cheick Modibo Diarra, cité par des médias.

"Je n'ai de rancune contre personne. Seul l'avenir du Mali m'intéresse. Je peux participer au développement du Mali qui m'a tout donné", a déclaré, M. Diarra.

Il avait été nommé Premier ministre en avril 2012 par le président par intérim Dioncounda Traoré, à la suite d'un coup d'Etat militaire qui venait de renverser le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, précipitant la chute du nord du Mali aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda.

M. Diarra avait démissionné ensuite en décembre 2012. Il était avant sa nomination un astrophysicien de renommée internationale qui avait décidé en 2011 de se lancer en politique.

Sur la liste des candidats qui seront en lice pour l'élection présidentielle, figure une seul femme, en l’occurrence la députée Mme Haïdara Aïssata Cissé , surnommée Chato et dont la candidature a été soutenue par des organisations féminines et de jeunes ainsi que 11 partis politiques.

En prélude aux élections présidentielles, tant réclamées par la communauté internationale et la classe politique malienne pour sortir le pays de l’état de transition politique consécutive au coup d’Etat du 22 mars 2012, un accord intitulé "l’Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali", a été signé le 18 juin dernier à Ouagadougou entre le gouvernement malien et les groupes armés.(MAP).

TB---BI.

AJ.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...