Le marché belge de l’emploi fondé sur le pays d’origine des travailleurs, selon le Réseau européen contre le racisme

MAP
18.03.2014
13h15
Partager Version imprimable Commenter (0)

Bruxelles, 18 mars 2014 (MAP) - Le marché belge de l’emploi est fondé sur le pays d’origine des travailleurs, souligne le Réseau européen contre le racisme (ENAR), qui qualifie de "sérieux" l’état du "racisme et des pratiques discriminatoires à l’emploi" en Belgique.

Dans son rapport pour la période s’étalant de mars 2012 à mars 2013, l’ENAR relève que l’ensemble des données recueillies mènent à un constat accablant, selon lequel le marché de l’emploi est fondé sur une ethnostratification. Le Réseau explique que depuis des dizaines d’années en effet, l’on trouve des inégalités pérennes et une franche hiérarchisation des positions socio-économiques : Au bas de l’échelle, principalement les postulants et travailleurs d'origines maghrébine et ceux originaires d'Afrique subsaharienne et de certains pays européens (Italie, pays d’Europe de l’Est), alors qu’au sommet de la pyramide, s’installent les personnes d'origine belge. Un constat qui touche, selon ENAR, tous les aspects du travail, tels que l’accès à l’emploi, la qualité de l’emploi, le bien-être au travail, la concentration et le cantonnement dans tels ou tels secteurs d’activités et l’exposition au chômage. Autre élément alarmant : le rapport souligne que le fait que le marché du travail dépend, à ce point, de la nationalité ou des origines des postulants et travailleurs, n’est pas un élément conjoncturel (problème de sous-qualification ou de formation par exemple), mais plutôt structurel, dans la mesure où le racisme structure les mondes de l’emploi et du travail. Pour y remédier, le Réseau propose de mettre en oeuvre un Plan d’action national contre le racisme, comprenant bien entendu un important volet en matière d’emploi, élargir le mécanisme de récolte des données pertinentes et suffisamment ciblées pour observer le racisme et les discriminations ou encore mener de véritables "actions affirmatives", à savoir des actions positives proactives comme la réduction des cotisations de sécurité sociale pour les travailleurs étrangers ou d’origine étrangère. Il appelle aussi à la simplification de la mise au travail des personnes immigrées en séjour légal, le titre de séjour devant pouvoir suffire au lieu des nombreuses et fastidieuses procédures d’obtention du permis de travail, la stimulation du recrutement, non plus seulement par les canaux formels et officiels, mais davantage par la mobilisation des réseaux en lien direct avec les minorités.

Fondé en 1998, ENAR se présente comme un réseau d'associations œuvrant pour lutter contre le racisme dans tous les Etats membres de l'Union européenne. Il s’active essentiellement dans la lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée.(MAP).

RK---BI.

KL.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...