Le traitement du phénomène migratoire souffre d'une crise de gouvernance internationale nécessitant des efforts locaux et régionaux (M. Yazami)

MAP
02.06.2015
09h50
Partager Version imprimable Commenter (0)

Rabat, 01 juin 2015 (MAP) - Le traitement de la question de la migration et de l'asile souffre d'une crise de gouvernance internationale, qu'illustre le faible impact des rapports onusiens et internationaux relatifs à ce phénomène, d'où la nécessité de déployer des efforts notamment sur les plans local et régional dans les pays concernés afin d'en limiter les effets négatifs, a estimé, lundi à Rabat, le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Driss El Yazami. Intervenant lors de la séance d'ouverture d'une réunion extraordinaire du Comité sur les migrations de l'Internationale socialiste (IS), tenue en partenariat avec le groupe socialiste à la Chambre des Représentants, M. El Yazami a indiqué que l'augmentation des flux migratoires et des demandes d'asile est due à la mondialisation du phénomène, à l'amélioration du niveau d'enseignement des migrants des deux sexes, à la part grandissante des jeunes parmi ces candidats à l'émigration qui cherchent à tout prix une chance pour une vie meilleure. Tous les pays du monde, y compris en Amérique et en Europe, sont concernés par ce phénomène planétaire, a-t-il souligné, notant que chaque année 15.000 Marocains émigrent, alors que l'Allemagne, par exemple, accueille chaque année quelque 180.000 immigrés. Après avoir relevé que la majorité de ces personnes résident de façon réglementaire dans les pays d'accueil, M. El Yazami a pointé du doigt la tendance à l'instrumentalisation politique de la question migratoire, en particulier lors des campagnes électorales des partis de droite, qui portent un jugement négatif sur les immigrés, en leur imputant la responsabilité des crises économiques et des problèmes sociaux de leurs pays. Il a, à cet égard, rappelé que le degré de démocratie se mesure également par la qualité d'accueil des migrants, dont le nombre est estimé à 350 millions de personnes à l'échelle mondiale, soit seulement 3 pc de la population mondiale, ajoutant que le mouvement migratoire a de tout temps représenté une source de richesse pour les pays d'accueil, d'où l'intérêt de mettre à profit ce phénomène au bénéfice des pays émetteurs et récepteurs. De son côté, le président du Comité de l'IS sur les migrations, Habib El Malki, a indiqué que cette rencontre vise à mettre en place un plan d'action et à se concerter sur un certain nombre de mesures permettant de limiter les effets négatifs de la migration, dans une démarche ambitieuse plaçant l'humain au centre des intérêts de l'IS. La problématique migratoire, que ce soit dans son aspect régional ou international, fait désormais partie intégrante du champ d'action de l'IS, qui s'intéresse en particulier aux dimensions culturelles, politiques et humanitaires du phénomène, avec pour priorité la défense de la dignité humaine. Cette réunion extraordinaire intervient à un moment marqué par la multiplication des événements tragiques liés à l'émigration, ce qui rend nécessaire une action urgente de l'IS en vue de contribuer aux efforts visant à éviter ces drames humains. Pour sa part, le secrétaire général de l'IS, Luis Ayala, a indiqué que le phénomène de l’immigration représente un défi pour les socialistes du monde entier, insistant sur l’importance de mettre en place de nouvelles politiques et approches pour faire face aux répercussions de cette problématique.

Il a, à cet égard, appelé les partis et organisations socialistes à s’impliquer davantage dans la défense des droits de l’Homme et plus particulièrement des migrants et demandeurs d’asile, conformément aux principes universels. M. Ayala a, par ailleurs, fait remarquer que la situation des migrants ne cesse de se détériorer notamment dans les pays qui connaissent des crises politiques et sécuritaire en Afrique, en Asie et en Europe, notant que les organisations affiliées à l’IS n’ont pas bien accompagné par le passé les évolutions qu’a connues cette question. Prenant la parole, le premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar a estimé que les défis imposés par la problématique de l’immigration et de l’asile requièrent l’adoption par le Comité de l'IS sur les migrations d’une approche sérieuse axée sur une dimension humaniste intégrée en conformité avec les principes et valeurs socialistes. Il a également rappelé que la situation d’instabilité dans certains pays du sud de la Méditerranée figure parmi les causes de la problématique de l’immigration et d’asile, exprimant sa préoccupation face aux liens entre la montée de l’immigration clandestine et le développement des réseaux de trafic d’armes et du terrorisme.

M. Lachgar a en outre souligné que le Maroc a constitué, à travers l’histoire, un modèle de pluralisme culturel, notant que la Constitution du Royaume insiste sur la diversité et la pluralité comme composantes de l’identité nationale. Il a, sur un autre registre, évoqué les défis que représente la question de l’immigration pour le Maroc en tant que point de transit vers l’Europe, précisant que ces défis ont des dimensions économiques, sécuritaires et humanitaires. Cette rencontre à laquelle prennent part des représentants de l’IS de plusieurs pays est marquée par des exposés traitant de plusieurs thèmes, dont la problématique des demandeurs d’asile et la responsabilité éthique et humaine de l’IS face à la question de l’immigration. (MAP).

HE/IH---BI/TRA.

MR.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...