FIIB: Appel à faire de la diversité culturelle un bien collectif

Menara avec map / .
09.11.2017
23h45
Partager Version imprimable Commenter (0)
La Chef de mission de l'Organisation internationale de la migration au Maroc, Ana Fonseca | FIIB
La Chef de mission de l'Organisation internationale de la migration au Maroc, Ana Fonseca
La Chef de mission de l'Organisation internationale de la migration (OIM) au Maroc, Ana Fonseca, a appelé, jeudi à Tanger, à faire de la diversité culturelle un bien collectif.

Intervenant à l'ouverture de la 2ème édition du Festival international Ibn Battouta (FIIB), qui se tient du 09 au 12 novembre sous le thème "Les voyageurs, des ambassadeurs de la paix", Mme Fonseca a souligné que la diversité culturelle pose à notre ère plusieurs défis, notant que "la réponse à ces défis n’est pas de chercher à effacer les différences, mais à comprendre comment le dialogue, le partage de la connaissance, des valeurs et des idées peuvent devenir un bien collectif".

La représentante de l’OIM a, par ailleurs, relevé que la diversité culturelle constitue un moteur de la vie moderne qui enrichie les nations, estimant que le multiculturalisme engendré par la migration "enrichie, dynamise et stimule le développement des sociétés quelque soient leurs différences en termes de culture, nationalité ou de religion".

"Le monde dans lequel nous vivons est interconnecté, globalisé et diversifié, car il bouge et évolue avec les flux migratoires", a poursuivi Mme Fonseca, notant que la mixité et la diversité des nationalités des différents intervenants à ce festival constitue "une belle preuve de la diversité que le voyage peut offrir à une société".

Aussi, dans le but de renforcer cette diversité, l’OIM, poursuit-elle, a mis en place plusieurs programmes dans le but de sensibiliser les communautés d’accueil à mettre en avant les contributions positives des migrants et faciliter leur inclusion sociale.

Ainsi, différentes campagnes internationales ont été menées dans ce sens, notamment la campagne "I am a migrant" (je suis un migrant), dont le but est de préserver la dignité de ceux qui quittent leur domicile à la recherche d’une vie meilleure, a-t-elle encore relevé, faisant savoir que le principal objectif de l’OIM est de rassembler toutes les initiatives encourageant la diversité et luttant contre la xénophobie.

Elle a, en outre, indiqué que l’OIM-Maroc continue à collaborer avec les médias et journalistes en vue d’appuyer toutes les initiatives visant à promouvoir la diversité et l’interculturalité et à déconstruire les préjugés et les stéréotypes contre les migrants.

Mme Fonseca a salué à cette occasion l’accord de coopération active entre l’OIM et l’Association marocaine Ibn Battouta, dans le cadre du programme "Forsati", financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et qui a déjà bénéficié à quelque 20.000 jeunes depuis 2012 dans les villes de Tanger et Tétouan.

Elle a enfin rappelé que cette édition propose parmi ses activités une exposition de photos sous le thème "Non à la violence", ainsi qu’une pièce théâtrale intitulée "Princesse des roses", programmée dans le cadre des activités de ce festival.

Organisé à l’initiative de de l’Association marocaine Ibn Battouta, cette édition prévoit l'organisation de plusieurs rencontres scientifiques, des expositions d’art plastique, ainsi qu’une pièce théâtrale intitulée "Le terrorisme à la porte", qui sera interprétée à la salle Beckett par "Zaal et Khadra", un groupe d’acteurs provenant de la Jordanie.

Figurent également au programme plusieurs rencontres scientifiques, ainsi qu’une série de conférences portant notamment sur "L’eau et l’homme : paix et coexistence", "L’héritage d’Ibn Battouta ", "L’image du Golfe Arabique à travers le voyage d’Ibn Battouta ", "Le voyage pour la découverte de soi" ainsi qu’une conférence animée par Ali Sedjari sous le thème : "Le Vivre ensemble dans un monde en rupture de dialogue : quel rôle pour la culture et l’interculturalité".

Lors de cette édition, les Tangérois auront aussi rendez-vous avec deux expositions de manuscrits rares et de documents historiques datant de l'époque d’Ibn Battouta, qui incarnent le lien indéfectible entre le nord et le sud du royaume et illustrent la richesse culturelle et historique des régions sahariennes et leur éternel attachement aux Sultans marocains.

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...