El Othmani: La baisse du taux d'analphabétisme est "insuffisante"

Menara avec map / .
13.10.2017
16h55
Partager Version imprimable Commenter (0)
Le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani, le 12 octobre 2017 à Skhirate. | Ph: MAP
Le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani, le 12 octobre 2017 à Skhirate.
La baisse du taux d'analphabétisme au Maroc de 43% en 2004 à 32% en 2014 est positive, mais demeure insuffisante pour la réalisation des objectifs escomptés.

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani, dans une allocution à l'ouverture des Assises nationales sur la lutte contre l’analphabétisme, qui se tiennent à Skhirate sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, sur le thème "Lutte contre l'analphabétisme, équité, engagement et partenariat".

M. El Othmani a souligné la nécessité de déployer davantage d'efforts et de mobiliser toutes les énergies en vue d’accélérer la cadence des réalisations sur les plans quantitatif et qualitatif, visant à réduire à 20% le taux d'analphabétisme en 2021 et à moins de 10% en 2026.

"Nous ne sommes pas fiers du taux de 30% d'analphabètes et nous devons disposer de la conscience nécessaire pour mettre fin à l'analphabétisme, vu que la réduction d'un taux de 1% reste insuffisante", a-t-il soutenu.

Le Chef du gouvernement a estimé que la lutte contre ce fléau nécessite une mobilisation entière des différents acteurs, y compris le gouvernement, les conseils élus, le secteur privé et la société civile.

Il a, par ailleurs, relevé que le coût d'analphabétisme demeure élevé et impacte la croissance économique nationale, soulignant que le manque de savoir rend incapable de suivre le développement scientifique, intellectuel et technologique et influe sur le Produit intérieur brut (PIB).

M. El Othmani a ajouté que la problématique de ce fléau n'est pas seulement liée aux calculs financiers, mais concerne également le développement du capital humain, soulignant la nécessité de permettre à la catégorie ciblée de bénéficier de son droit constitutionnel d’accès à l'éducation, en favorisant son intégration sociale et en lui assurant une vie décente.

Il a, en outre, mis en avant le rôle que joue la société civile dans la lutte contre l’analphabétisme, réitérant la détermination du gouvernement à développer le partenariat avec les instances de la société civile exerçant dans ce domaine, en vue de réussir ce chantier.

Cet événement, qui coïncide avec la célébration de la Journée nationale de lutte contre l'analphabétisme (13 octobre), s'inscrit dans le cadre de la mobilisation de tous les acteurs du royaume, en vue de renforcer l'adhésion nationale et intensifier les efforts en vue de réduire le taux d'analphabétisme à moins de 10% à l'horizon 2026.

Ces assises constituent une occasion d'échanger les idées et les points de vue sur les programmes de lutte contre l'analphabétisme au Maroc et de jeter la lumière sur les contraintes et les moyens d'y faire face.

Le programme des assises, de 2 jours, comprend notamment une session plénière sur la lutte contre l'analphabétisme fonctionnelle et des ateliers portant sur "les mécanismes de gouvernance des programmes de lutte contre l'analphabétisme", "les approches du système de lutte contre l'analphabétisme", "architecture des programmes et des méthodes", "formation dans les métiers de lutte contre l'analphabétisme" et "adéquation entre l'offre et la demande".

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...