1337, l'école marocaine qui veut former des génies du numérique

Menara.ma / .
06.09.2018
10h30
Partager Version imprimable Commenter (0)
Une personne utilise un ordinateur portable
Une personne utilise un ordinateur portable
Le journal Le Monde consacre jeudi un reportage à l’école '’1337’’ lancée par l’Office chérifien des phosphates pour former des génies du numérique et qui s’apprête à accueillir sa première promotion.

Au milieu des mines de phosphate et des anciens fours de séchage, à 1h30 de Casablanca, un bâtiment flambant neuf abrite le rêve de beaucoup de jeunes marocains. ‘’Le 1337 – prononcez « treize trente-sept » – un nom qui fait référence à un système d’écriture, le « leet speak », utilisant des caractères alphanumériques. C’est la première école de code entièrement gratuite et sans prérequis de diplôme au Maroc’’, écrit Le Monde dans ce reportage sous le titre ‘’1337, l’école marocaine qui veut former des génies du numérique’’.

Fruit d’un partenariat pédagogique avec l’école 42, un établissement de formation en informatique co-fondé en 2013 à Paris par Xavier Niel, le patron du groupe de télécoms Free, cette école est financée par l’Office chérifien des phosphates (OCP), la première entreprise du pays, indique le journal.

Depuis lundi 27 août, les 300 candidats (dont 32 filles) venus des quatre coins du Maroc pour participer à la deuxième « piscine » passent la plus grande partie de leur temps dans les « clusters », deux immenses salles aux murs tagués où sont disposés 300 iMac 27 pouces, et codent jusqu’à quinze heures par jour.

Durant les quatre semaines que dure ‘’la piscine’’, les postulants se livrent à une compétition intense et effectuent une véritable plongée dans l’établissement, planté au cœur de la plus grande mine de phosphate à ciel ouvert du monde. Sept jours sur sept, 24 heures sur 24, ils enchaînent des travaux de programmation informatique, explique le journal.

En octobre, les 150 à 200 étudiants retenus entameront une formation étalée sur trois ans, inspirée du principe de « peer to peer education », une pédagogie basée sur le partage des connaissances : ni professeurs, ni manuels, ni horaires fixes – l’école ne ferme jamais. « Si un élève ne parvient pas à résoudre un exercice, il doit demander à son camarade, explique au journal Hind Bernoussi, responsable de la communication de 1337. Si les 150 ne trouvent pas, alors le staff technique intervient. »

Au moment où le système éducatif marocain est décrié et alors que le chômage des jeunes explose, les passionnés d’informatique pensent avoir trouvé leur eldorado, souligne le Monde qui ajoute que ‘’l’éternelle problématique de l’enseignement en arabe dans les lycées publics puis en français dans les universités est gommée : à 1337, on parle C, Python ou Ruby – des langages informatiques’’.

Approchée par l’OCP en novembre 2017, l’école 42, qui cherche à s’exporter et a ouvert un deuxième campus en Californie, a donné son aval pour se joindre au projet en janvier. «

‘’Il n’y a aucune différence entre un élève assis à Khouribga ou dans la Silicon Valley », affirme au journal le Monde Larbi El Hilali, directeur de 1337 et ombudsman (médiateur) à l’OCP.

Pour le géant des phosphates, investi « d’une responsabilité sociétale », l’objectif est clair : le Maroc forme des ingénieurs mais manque de codeurs et « ça freine l’implantation de certaines entreprises », affirme M. El Hilali. Les « petits génies » qui sortiront du lot – environ 30 % des diplômés– seront soutenus par l’OCP pour créer leur entreprise.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...