Migrants: La traversée de la Méditerranée plus meurtrière que jamais

Menara.ma / .
05.09.2018
07h51
Partager Version imprimable Commenter (0)
Une embarcation transportant des migrants en Méditerranée | Ph: AFP/Archives
Une embarcation transportant des migrants en Méditerranée
La traversée de la Méditerranée est un itinéraire encore plus meurtrier qu’auparavant, indique un nouveau rapport du Haut-commissariat des Nations unies pour les Réfugiés.

Trois ans après la diffusion des images choquantes d'Alan Kurdi, cet enfant syrien dont le corps sans vie avait été retrouvé échoué sur une plage turque, la traversée de la Méditerranée est un itinéraire encore plus meurtrier qu’auparavant, indique un nouveau rapport du Haut-commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR).

Plus de 1.600 personnes ont déjà perdu la vie ou ont disparu cette année en tentant de rejoindre l’Europe, indique le rapport intitulé "Voyage du désespoir".

Si le nombre de personnes arrivées en Europe est en diminution, le taux de décès, surtout parmi ceux qui rejoignent le continent par la Méditerranée, a considérablement augmenté, souligne le rapport. En Méditerranée centrale, pour chaque groupe de 18 personnes ayant entrepris la traversée entre janvier et juillet 2018, une personne est décédée ou a disparu, contre une sur 42 au cours de la même période en 2017.

"Ce rapport confirme une fois de plus que la traversée de la Méditerranée est l’une des voies les plus meurtrières au monde", a déclaré la Directrice du bureau du HCR pour l’Europe, Pascale Moreau. "Alors même que le nombre d’arrivants sur les côtes européennes diminue, il ne s’agit plus de tester la capacité de l’Europe à gérer les chiffres mais à faire preuve de l’humanité nécessaire pour sauver des vies".

Ces derniers mois, le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont appelé à une approche prévisible et régionale afin de garantir le sauvetage et le débarquement des personnes en détresse en mer Méditerranée.

Le HCR exhorte également l’Europe à accroître les possibilités de voies d’accès légales et sûres pour les réfugiés, notamment en augmentant le nombre de places de réinstallation et en éliminant les obstacles au regroupement familial – ce qui permettrait de fournir d’autres options à des périples dont l’issue risque d’être fatale.

Le rapport souligne également les dangers auxquels sont confrontés les réfugiés lorsqu’ils voyagent le long des routes terrestres vers l’Europe ou lorsqu’ils traversent celle-ci. Notant les mesures prises par certains pour empêcher les réfugiés et les migrants d’accéder à leur territoire, le rapport exhorte les États à faire en sorte que les personnes cherchant la protection internationale puissent facilement accéder aux procédures d’asile. Il lance également un appel aux États afin que ceux-ci renforcent les mécanismes de protection des enfants qui voyagent seuls et demandent l’asile.

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...