Soufiane El Bakkali, la star montante de l'athlétisme mondial

Menara.ma / Younes Taleb
10.08.2017
12h09
Partager Version imprimable Commenter (0)
L'athlète marocain Soufiane El Bakkali sur le podium du 3000m steeple aux championnats du monde de Londres 2017. | Photo: De notre envoyé spécial Mohsine Idrissi
L'athlète marocain Soufiane El Bakkali sur le podium du 3000m steeple aux championnats du monde de Londres 2017.
Soufiane El Bakkali, qui vient d’offrir au Maroc sa première médaille aux Mondiaux de Londres il y a deux jours, incarne un nouvel espoir du sport national.

Avec l’argent sur le 3000m steeple à Londres au terme d’une incroyable course, El Bakkali a prouvé qu’il était capable de jouer l’or et de suivre les traces de grands noms de l’athlétisme marocain tels Hicham El Guerrouj, Saïd Aouita, Nawal Moutawakil ou encore Nezha Bidouane.

A seulement 21 ans, le natif de Fès compte également à son actif deux victoires en Diamond League (Stockholm et Rabat), une deuxième place à Rome sans oublier le pied du podium aux derniers Jeux olympiques à Rio et aux mondiaux juniors à Eugène (Etats-Unis) en 2014.

« Sa progression est normale (8min52sec00 en cadets, 8min27sec79 en juniors, 8min14sec35 en espoirs 1). C’est dans la logique d’un athlète qui doit atteindre le haut niveau. On n’a pas gagné 20 secondes d’un coup », explique par ailleurs son manager, Pascal Bureaux, relayé par le média "Track and Life".

« Cette année, vu les séances qu’il faisait en début de saison, les 8’05 [ndlr : record personnel réalisé à Rabat] n’ont pas été une surprise. Ça correspondait à son entraînement », poursuit-il.

Cette ascension remarquable d’El Bakkali est sans doute un des fruits du travail de longue haleine mené par la Fédération royale marocaine d’athlétisme, grâce aux opérations de détection et de formation des talents à travers les centres régionaux du royaume et de l’Académie internationale Mohammed VI.

Avec Soufiane El Bakkali, qui devient le deuxième Marocain à briller dans l’épreuve après Ali Zine (3ème aux Mondiaux de Séville 1999 et 2ème aux Mondiaux d’Edmonton 2001), l’athlétisme national peut rêver d’autres nouvelles médailles et performances mondiales.

« Ça faisait longtemps que le Maroc n’avait pas remporté de médaille d’argent. Rendez-vous maintenant aux prochains Championnats du monde à Doha (2019) et aux Jeux olympiques à Tokyo (2020) », avait déclaré Soufiane El Bakkali, au terme de sa course en finale du 3000 mètres steeples mardi dernier, dans laquelle il a réussi à franchir la ligne d'arrivée après 8min14sec49, derrière le Kenyan Conseslus Kipruto (8min14sec12), champion olympique en titre. 

El Bakkali, qui s’offre sa première médaille mondiale, devient ainsi une des valeurs montantes de l’athlétisme. « Ça fait huit ans qu’on s’entraîne pour ça. Je suis sûr qu’il fera d’autres médailles à l’avenir. On aimerait que ce soit l’or, évidemment. Mais la deuxième place, à son âge, c’est déjà un exploit, pour moi », commente son coach à Fès, Karim Tlemçani, au micro de RFI. 

Grâce au sacre d’El Bakkali, la moisson marocaine dans les championnats du monde passe à 29 médailles dont 10 en or, 12 en argent et 7 en bronze.

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...