Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre

Menara.ma / Said Raissi
09.11.2017
15h53
Partager Version imprimable Commenter (0)
Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre. Au Maroc, enfants et ados n’ont jamais gouté à l’adrénaline d’un Mondial avec, dans l’arène, les Lions de l’Atlas.

Il faut rembobiner à 1998 et un trois zéro glorieux affiché sur l’écran du stade français de Geoffroy-Guichard pour trouver trace d’une participation marocaine à la plus prestigieuse des compétitions.

Ce 23 juin, la génération d’un Hajji en feu, un Bassir en état de grâce ou encore d’un Naybet en fer avait offert un match parfait lors du dernier acte de la phase de poule face à l’Ecosse.

Un plaisir malheureusement gâché par la déroute du Brésil de Ronaldo dans l’autre dernier match de la phase de poule.

La bande à El Fenomeno s’était, à la surprise générale, inclinée face à la Norvège (pas de complot, il y avait bien penalty pour la Norvège), signant l’élimination précoce du Maroc.



Les quatre points engrangés par les hommes d’Henry Michel n’avait donc pas suffit à propulser le Maroc en huitième (2-2 face à la Norvège, 0-3 face au Brésil et 3-0 face à l'Ecosse), contrairement au Brésil qui poursuivra sa destinée jusqu’en finale.

Deux coups de boule de Zidane et une échappée de Petit. Trois zéro. C’est aussi le score qui propulsera la France sur le toit de la planète football au dépend des Auriverde.

Le Maroc avait précocement perdu, mais quel plaisir. Aujourd’hui, les yeux écarquillés des moins de vingt ans voient se profiler le plaisir d’un Mondial Rouge et Vert. En effet, le Maroc est à un petit point de la Russie.

Un nul face à la Côte d’Ivoire ce samedi suffit aux hommes d’ Hervé Renard  pour procurer un plaisir planétaire à toute une génération.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...