Meeting Mohammed VI de Rabat: Le sprint fera parler la poudre

Menara.ma / .
10.07.2018
07h50
Partager Version imprimable Commenter (0)
Une épreuve de course au Meeting international Mohammed VI d’athlétisme 2015 | Ph: Mahdi
Une épreuve de course au Meeting international Mohammed VI d’athlétisme 2015
Qu’on se le dise : le Meeting Mohammed VI de Rabat, vendredi 13 juillet, s’annonce explosif. Avec, en tête d’affiche, deux épreuves de sprint à donner le tournis.

A lui seul, le 100 m masculin mérite largement de pousser la porte du Complexe sportif Prince Moulay Abdellah pour l’étape marocaine de la Ligue de Diamant. Au départ, les trois meilleurs performers mondiaux de l’année, plus le recordman et champion du monde du 60 m en salle.

Le premier trio se compose de trois des nouveaux phénomènes du sprint américain. Noah Lyles, qui fêtera ses 21 ans cinq jours après la réunion de Rabat, occupe la tête du bilan mondial sur 100 m (9’’88) et 200 m (19’’69), ses deux records personnels. L’élève de Lance Brauman, sacré champion du monde junior sur la plus courte des deux distances en 2016, est devenu le mois dernier le plus jeune champion des Etats-Unis depuis 34 ans. A cette occasion, il a devancé Ronnie Baker, une autre sensation du sprint US, jusque-là invaincu. Noah Lyles est en grand forme. Il a remporté le 200 m du meeting de Lausanne, jeudi 5 juillet, en égalant son meilleur chrono (19’’69).

Ronnie Baker, le natif de Louisville, dans le Kentucky, a repris de son côté sa série victorieuse samedi 30 juin au Meeting de Paris avec un chrono de 9’’88, son record personnel. Il sera présent au Meeting Mohammed VI de Rabat. Quant à Michael Rodgers, 23 ans, champion des Etats-Unis en 2014, crédité de 9’’89 cette saison, il possède un record personnel à 9’’85 (2011).

Autre prodige de la distance, venu lui aussi des Etats-Unis : Christian Coleman. A 22 ans, l’ex-étudiant du Tennessee a fait sensation l’hiver dernier sur 60 m, en s’offrant le record du monde (6’’34) et le titre mondial au 60 m. Blessé en début de saison, il a annoncé sa rentrée en Ligue de Diamant au Meeting Mohammed VI de Rabat. Un événement. Avec un tel quatuor, la victoire semble promise à un Américain. Mais il faudra garder un œil sur l’Ivoirien Arthur Cissé (9’’94 cette saison), et le Britannique Reece Prescod, 22 ans, vainqueur le 12 mai au Meeting Ligue de Diamant de Shanghai (10’’04).

Une même odeur de poudre devrait envelopper le 200 m féminin. Les quatre premières au classement mondial de la saison sont attendues sur la piste du Complexe sportif Prince Moulay Abdellah. La Jamaïcaine Shericka Jackson, connue jusque-là comme une spécialiste du 400 m (médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, puis aux Jeux de Rio en 2016), a amené son record personnel à 22’’05 au Meeting de Paris, le 30 juin.

La Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo, championne olympique du 400 m (et médaillée de bronze sur 200 m aux Mondiaux de Londres en 2017), ne connaît cette saison que la victoire : elle s’est imposée sur 200 m à Kingston, aux Jeux du Commonwealth et au meeting de Shanghai en Ligue de Diamant (22’’06).

L’Américaine Jenna Prandini (22’’22) est devenue le mois dernier championne des Etats-Unis. Elle a réalisé 11’’00 au 100 m, jeudi 5 juillet à Lausanne, sans donner l’impression de forcer l’allure.

Mais la favorite du 200 m du Meeting Mohammed VI pourrait bien être l’Ivoirienne Marie Josée Ta Lou. Victorieuse en Ligue de Diamant au meeting de Rome, en 22’’49 face au vent, elle démontre cette saison une impressionnante régularité sous les 10 secondes au 100 m, avec déjà 4 chronos, dont une victoire en 10’’90 au meeting de Lausanne. A suivre, enfin, la Britannique Dina Asher-Smith, créditée de 22’’29 cette année. Explosif.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...