Une actrice du film anti-islam porte plainte contre le producteur

afp
20.09.2012
16h16
Partager Version imprimable Commenter (0)
Des Indonésiens manifestent contre le film anti-islam "L'innocence des musulmans", le 14 septembre 2012 à Bandung | afp
Des Indonésiens manifestent contre le film anti-islam "L'innocence des musulmans", le 14 septembre 2012 à Bandung
Une actrice ayant participé au film anti-islam "L'innocence des musulmans" a porté plainte mercredi contre son producteur, affirmant avoir été trompée sur les intentions du film.

Cindy Lee Garcia, première actrice du film à s'être fait connaître après l'explosion des violences le 11 septembre dernier, qui ont provoqué la mort de plus de 30 personnes dont l'ambassadeur américain à Benghazi (Libye), porte plainte pour invasion de la vie privée, fraude, calomnie et volonté de nuire.

La plainte, déposée devant la Cour supérieure de Los Angeles, vise Nakoula Basseley Nakoula, un copte (chrétien d'Egypte) de 55 ans résidant près de Los Angeles, qui a reconnu avoir aidé à la fabrication du film et qui avait été condamné en 2010 pour fraude bancaire, écopant de 21 mois de prison.

Selon les médias américains, M. Nakoula se serait dissimulé derrière le pseudonyme Sam Bacile pour communiquer sur le film, avant d'être identifié.

Mme Garcia porte également plainte contre le site de vidéos YouTube et sa maison-mère Google, qui diffusent des extraits du film.

L'actrice affirme que les acteurs du film -- une production amateur et grossièrement doublée -- ont été trompés et ont participé au tournage sans connaître son intention véritable.

"Mr Bacile a affirmé que (L'innocence des musulmans) était un film d'aventures sur l'Egypte ancienne", peut-on lire dans la plainte.

Mais Mme Garcia a finalement découvert qu'il s'agissait d'un tout autre film et sa vie est en danger, poursuit la plainte. "Elle est l'objet de menaces de mort sérieuses, a peur pour sa vie et pour celle de son entourage".

L'actrice réclame à la justice le retrait définitif de la vidéo de YouTube, expliquant qu'elle souffre de détresse émotionnelle et doit faire face à des revers financiers et à la "destruction de sa carrière et de sa réputation".

Le film, avec ses fausses barbes et ses décors de pacotille, prétend raconter la vie du prophète Mahomet, en présentant les musulmans comme immoraux et violents.

M. Nakoula, qui a été entendu par la police dans la nuit de vendredi à samedi, est sorti libre dans la nuit et vit depuis avec sa famille dans un lieu maintenu secret.

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...