Laroui bercé par le rêve d'un "grand livre de l'histoire du Maroc"

MAP / .
27.03.2014
14h38
Partager Version imprimable Commenter (0)
Fouad Laroui | Archives
Fouad Laroui
Fouad Laroui, s’est dit, mercredi soir à Paris, bercé par le doux rêve d'écrire "le grand livre de l'histoire du Maroc", sorte de récit où laissera couler la riche et fascinante histoire du Royaume.

"Je rêve d'écrire le grand livre de l'histoire du Maroc, qui est riche d'énormément de choses et de moments fascinants", a indiqué l'écrivain marocain d'expression française et néerlandaise, invité de marque des "Mercredis de l'ambassade du Maroc à Paris".

Lors de ce moment de pure culture, l’heureux lauréat du Prix Goncourt de la nouvelle-2013 pour "L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine" a confié son plaisir pour l’écriture, son amour et affection pour l’exercice de "raconter des histoires, inventer et se souvenir".

Se disant se sentir plus à l'aise dans la nouvelle que dans le roman, Fouad Laroui a rendu hommage aux héros de ses œuvres. "Mes personnages sont des personnes que j’ai rencontrées, mes histoires sont parfois celles que j’ai vécus".

Ouvrant une parenthèse, loin du champ littéraire, l’auteur de "la Vieille Dame du riad" (2011), a évoqué les propos anti-marocains du député néerlandais, Geert Wilders, à l'encontre des Marocains des Pays-Bas.

Selon Fouad Laroui, qui vit entre Amsterdam et Paris, la majorité des Néerlandais sont contre le racisme et la xénophobie, notant que ces déclarations ont été dénoncées même par l'extrême droite.

On est tous poètes par intermittence

Diplômé de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées de Paris, Fouad Laroui a, d'autre part, abordé le changement de son parcours puisqu'il a entamé sa carrière en tant qu'ingénieur avant de se tourner vers la littérature avec la parution en 1996 de son manuscrit "Les Dents du topographe".

Doué depuis son jeune âge pour les mathématiques, Fouad Laroui a expliqué qu'il aimait beaucoup la lecture et qu'il avait eu toujours l'envie d'écrire.

Enfin, Fouad Laroui est revenu lors de cette rencontre sur son expérience avec la poésie en langue néerlandaise, estimant qu'"on est tous poètes par intermittence".

Né en 1958 à Oujda, Fouad Laroui enseigne actuellement la littérature et la philosophie aux Pays-Bas.

Il est également chroniqueur à l'hebdomadaire international "Jeune Afrique" et à Radio Medi1.

Parmi ses œuvres figurent "Le jour où Malika ne s'est pas mariée" (2009) et "Une année chez les Français" (2010).

Les "mercredis de l'ambassade du Maroc à Paris" est un rendez-vous mensuel qui propose une rencontre et un débat avec des intellectuels et artistes Marocains ou Français.

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...