Voyage, à Rabat, au cœur de la vie sauvage africaine

Menara.ma / MAP
07.06.2018
12h11
Partager Version imprimable Commenter (0)
Les éléphants du Jardin zoologique de Rabat
Les éléphants du Jardin zoologique de Rabat
Crinière noire et épaisse, des pas nonchalants mais confiants et un rugissement assourdissant, c'est ainsi que le lion, Roi de la jungle confirmé, règne dans la biozone: "les Montagnes de l’Atlas".

On est au Jardin zoologique de Rabat. Un patrimoine naturel sur terre marocaine et à vocation purement africaine. Tout porte à croire dans cet espace, qui accueillera bientôt son quatre millionième visiteur depuis sa rénovation en 2012, qu'on est dans un endroit des plus reculés du continent noir.

2.000 animaux, environ 190 espèces exclusivement africaines et 1.500 espèces végétales, le tout "pour faire plonger le visiteur dans la vie de la faune sauvage africaine et lui faire vivre un voyage-découverte au cœur d'un continent à la biodiversité riche et diversifiée", explique à la MAP, la directrice générale déléguée du Jardin zoologique de Rabat, Salma Slimani. Et pour "s'africaniser" davantage, au grand bonheur des visiteurs, "le zoo verra prochainement l’ouverture d’un vivarium qui va abriter cinq biozones pour présenter la richesse africaine en termes de reptiles", confie-t-elle.

A travers une scénographie époustouflante, le visiteur transcende les frontières et fait un périple l’emmenant de la montagne de l’Atlas au désert, en passant par la Savane et la forêt tropicale pour terminer dans les zones humides.

Cinq biozones différentes où le mouflon à manchette, le lion de l'Atlas, le singe Magot, le guépard, l’antilope saharienne, la girafe, l’éléphant, le crocodile, l’hippopotame, le pélican, le flamant rose, le lémur catta … se sentent comme chez eux, vu qu’elles rappellent et reproduisent à 100% l'habitat naturel de ces bêtes.

Au milieu des arbres épars, Cly, Boris et Tarzan sont les stars de la forêt tropicale. Agités, amusants et drôles, ces trois chimpanzés volent la vedette. Les visiteurs braquent leurs yeux sur ces singes qui ne cessent de sauter d’un arbre à un autre en dessinant un sourire radieux sur les lèvres des petits et des grands.

A quelques encablures de cette zone, l’ambiance est beaucoup plus chaleureuse à la Savane. Le contact des amoureux de la nature avec les animaux est consolidé davantage. Ouverte, il y a un an, la plate-forme "nourrissage des girafes" leur permet de nourrir ces animaux à long cou qu’on repère de loin. Un plaisir que tout un chacun savoure lentement.

L’installation de cette plate-forme n’est pas anodine. "Elle vise à rendre la visite du zoo plus agréable ainsi qu’à donner l’occasion aux enfants comme aux grands d’identifier les animaux et de s'informer de leur régime alimentaire, leur mode de vie et leurs spécificités", précise Mme Slimani.

"Oh ! Il est très fort le Lion de l’Atlas", dit, stupéfait, le petit Ayoub, venu avec son papa pour découvrir la richesse animalière du Jardin zoologique de Rabat.

Emblématique Lion de l’Atlas

Tout comme Ayoub, les yeux des autres enfants entourant la tanière du lion pétillent de joie en regardant pour la première fois l’emblématique Lion de l’Atlas. Non seulement les petits qui sont ébahis, les grands manifestent, eux aussi, un étonnement incommensurable à la rencontre d’animaux africains.

"C’est une visite fructueuse pour moi. Le zoo m’a donné la chance de voir une abondance d’espèces animalières que je ne voyais que dans la télévision", raconte sur un ton jovial, Mohamed, père de famille, en fixant son regard sur les 4 lionceaux de l’Atlas venus au monde pour enrichir la collection du parc zoologique national.

Éducation à l’environnement, sensibilisation et apprentissage sont les maîtres-mots du parc zoologique national. Dans ce sens, des explications sur la biodiversité du Maroc et la richesse animalière et végétale dont regorge le continent africain ponctuent l’odyssée des visiteurs épanouis.

Les actions d’animation pour enfants ne manquent pas. Festivals de contes et légendes, exposition d'insectes, journées spéciales, opérations de plantation… une myriade d’activités enrichissantes et sensibilisatrices.

L’aspect pédagogique, quant à lui, se présente partout dans le zoo. Entre les statues d’une fermière trayant une vache, un agriculteur labourant la terre et une grand-mère tissant la laine, la ferme pédagogique offre une attraction supplémentaire. Les chérubins s’y rendent pour découvrir, le long de 5 hectares, la vie rurale, l’alimentation des animaux domestiques et les chaînes de production de lait et de laine.

Toujours dans le cadre de l’apprentissage, un parcours muséographique a été créé pour retracer le patrimoine paléontologique du Maroc et l’histoire de l’occupation animale sur le territoire marocain. Illustrations et animaux empaillés sont bien placés afin de remonter dans l’histoire.

Le suspense n’a pas de limites au sein du Jardin zoologique de Rabat. "Chaque année, il y a une activité qui attire plus de visiteurs et crée tant de gaieté dans leur cœurs. En 2017, ces derniers ont assisté, pour la première fois, à la présentation de l’énigmatique lion blanc, un spécimen rarissime", surenchérit la directrice générale déléguée, Salma Slimani.

C’est ce genre d’actions qui a permis au Jardin zoologique de Rabat, depuis qu'il a changé complètement de visage en 2012, d’accueillir annuellement près de 600 mille visiteurs. Et vu le travail continu visant à embellir davantage cet espace, le chiffre est voué à augmenter encore plus !

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...