Remise en liberté de Booba et Kaaris en attendant leur procès

Menara.ma / .
23.08.2018
12h55
Partager Version imprimable Commenter (0)
Le rappeur français Booba | DR
Le rappeur français Booba
Les deux stars du rap français Booba et Kaaris ont été remis en liberté, jeudi, dans l'attente de leur comparution devant la justice le 6 septembre.

Les deux stars du rap français Booba et Kaaris ont été remis en liberté, jeudi, dans l'attente de leur comparution devant la justice le 6 septembre pour répondre des faits de violence commis avec des membres de leurs groupes, début août, à l'aéroport parisien d'Orly, rapportent les médias français.

La Cour d'appel de Paris a ordonné le placement des deux artistes ainsi que de huit autres personnes sous contrôle judiciaire, avec notamment l'interdiction de quitter le territoire et d'entrer en contact les uns avec les autres avant l'audience de septembre.

Les deux principaux protagonistes doivent également s’acquitter d’une caution de 30.000 euros chacun.

Connus pour leur inimitié, Booba, 41 ans et Kaaris, 38 ans, s'apprêtaient, le 1er août, à se rendre tous deux à Barcelone pour des concerts, lorsqu’une rixe a éclaté entre eux et leurs équipes respectives dans le hall 1 de l'aéroport. La bagarre s'est ensuite déplacée jusqu’à une boutique Duty-Free et ne s’est arrêtée qu’à l’arrivée de la police.

Trois plaintes avaient été déposées suite à cette spectaculaire rixe par Aéroports de Paris (ADP) pour «trouble à l’ordre public» avec préjudice d’image et financier et «mise en danger de la vie d’autrui», par le gérant du magasin Duty-free dévasté, pour "dégradation, violence en bande et vol", et par la compagnie aérienne française Air France qui s’est constituée partie civile.

Après cette bataille rangée, dont les images ont été largement relayées par les médias et les réseaux sociaux, les deux rappeurs et des membres de leurs groupes ont été placés en garde à vue avant d’être assujettis au régime de la détention préventive.

Le tribunal de Créteil, en région parisienne, avait alors reporté leur procès en comparution immédiate initialement prévu le 3 août en raison, notamment, de la complexité des débats.

Sur le même sujet

Commenter

*champ obligatoire

Menara toujours avec vous...