A Agadir, Mounib expose les priorités de la FGD pour les législatives

A Agadir, Mounib expose les priorités de la FGD pour les législatives

La secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib, a exposé, mercredi à Agadir, les grands axes du programme de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) aux législatives.

"La Fédération de la gauche est porteuse de valeurs de progrès et d’équité dans le cadre d’une société démocratique et moderniste", a dit Mounib lors d'un meeting dans le cadre de la campagne électorale.

Critiquant vivement l’idée de la bipolarité du champ politique national, la responsable du PSU a défendu l’alternative que constitue, selon elle, la troisième voie proposée par l’alliance des mouvements progressistes.

"Nous avons choisi une troisième voie, celle de la lutte démocratique, pour d’abord sortir la gauche de la crise et de la balkanisation, et œuvrer pour que la voie du développement et de la stabilité ne se contente plus de retouches socio-économiques et de réformes progressives et très lentes", a martelé Mounib qui a prôné l’urgence de la consécration de la démocratie en vue de consolider le front interne et contrer toutes dérives, pressions ou menaces, internes ou externes, susceptibles de porter préjudice au Maroc.

Tout en assurant que l’objectif de son parti au scrutin du 7 octobre est d’arriver à constituer un groupe parlementaire, la mandataire de la liste nationale du PSU a réitéré l’ouverture de la Fédération de la gauche démocratique sur toutes les sensibilités qui croient aux idéaux de la démocratie représentative, la modernité, l’égalité des chances, le partage équitable des richesses, et l’égalité des droits et des libertés.

S’agissant de la région du Souss-Massa, Mounib a souligné l’importance du potentiel humain et matériel de cette partie du Royaume, déplorant, néanmoins, la persistance de l’inégalité de l’accès aux ressources, la rareté de l’eau qui préoccupe une bonne partie de la population qui dépend de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que la montée du chômage des jeunes et une expansion démographique qui pèse sur le tissu urbain.

Pour remédier à ces déficiences, elle a insisté sur la nécessité d’une large participation au scrutin de vendredi pour ouvrir la voie aux réformes politiques qui doivent aller, insiste la responsable du PSU, de pair avec les réformes économiques en vue de bâtir une société juste et équitable.