Covid-19: Au Maroc "on s'attend à un aplatissement de la courbe" de l'épidémie

Covid-19: Au Maroc "on s'attend à un aplatissement de la courbe" de l'épidémie

Le directeur de l'épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la santé, Mohamed El Youbi, a affirmé mercredi s'attendre à "un aplatissement de la courbe de l'évolution des cas testés positifs au Coronavirus", pour peu que les citoyens observent scrupuleusement les mesures de confinement.

« On s’attend à un aplatissement de la courbe de l’évolution des cas. On l’espère à condition que les mesures de confinement soient respectées scrupuleusement par les citoyens même à l’intérieur de leur domicile », a-t-il souligné dans un entretien à la MAP.

Il a en outre jugé « prématuré » d’avancer des prévisions sur l’épidémie pour les prochains jours, « puisqu’elles relèvent de projections fondées d’habitude sur de suppositions qui pour la plupart ne sont pas très précises ». C’est pourquoi, a-t-il dit, « tout modèle que nous utilisons se base sur des incertitudes et donne une évolution avec un intervalle de confiance ».

Pour le moment, le modèle suivi semble indiquer qu’il y aurait toujours une progression du nombre de cas mais avec une tendance de la courbe qui va être un peu plus aplatie compte tenu de l’impact des mesures instaurées par le Royaume. Le directeur a notamment cité la fermeture des écoles, l’interdiction des grands rassemblements, puis l’instauration de mesures de confinement total.

De l’avis de M. El Youbi, « c’est l’évolution des quatre ou cinq jours à venir qui va nous donner une meilleure précision par rapport aux projections que nous faisons par rapport à l’évolution de l’épidémie au Maroc ».

Prié de dire si le ministère s’attend à une évolution similaire au scénario de certains pays européens, le responsable a relevé qu’il s’attend « à une allure certes progressive de l’épidémie, mais la courbe ne va pas monter jusqu’à un pic comme ce fut le cas pour un certain nombre de pays ».

Il a rappelé que le Royaume a entrepris les mesures de confinement avec deux à trois semaines d’avance par rapport à certains pays de voisinage. « Le nombre de cas risque de s’allonger, mais avec une ampleur moindre par rapport à d’autres pays », a-t-il dit.