Cryptomonnaie : Une volatilité dangereuse ?

Cryptomonnaie : Une volatilité dangereuse ?

Crédit photo : Pixabay

41830 dollars, c'est le prix du bitcoin ce vendredi 07 Janvier, soit une chute de 38% en deux mois seulement.

Un déclin significatif du cours de la fameuse cryptomonnaie, qui a fait parler grandement d’elle ces dernières années. Entre les partisans de « la monnaie du futur » et leurs alter égo présentant celle-ci comme un « schéma de Ponzi gigantesque », la guerre fait rage.

Valeur étalon du marché des « cryptos », le bitcoin est le vaisseau mère. Si celui-ci coule, tout le reste suit. Ainsi cette dynamique a fait des ravages chez les spéculateurs et « hodlers » (détenteurs de crypto-monnaies).

Volatilité = Danger ?

De nombreux analystes voient ces fluctuations comme des signes clairs du potentiel danger des crypto-monnaies. En effet, des milliers de personnes se sont précipités dans l’investissement sur ces nouvelles monnaies pendant le début de l’année 2021, où le marché a été porté par un « bullrun » -une dynamique portant les prix vers le haut- et ont commis l’erreur d’acheter au plus haut. Résultat des courses, un investissement quasiment divisé par deux en près d’un an.

Néanmoins cela ne relève pas d’un défaut inerrant aux crypto-monnaies, mais plus au comportement psychologique des investisseurs. Le « FOMO », Fear of missing out, soit la peur de manquer l’opportunité de demain, a toujours été à l’origine de nombreuses mauvaises décisions en spéculation boursière.

La volatilité en soit ne révèle pas automatiquement le mal fondé du bitcoin. Lorsque l’on observe la volatilité historique sur 90 jours, sois la fluctuation du prix en moyenne par rapport au dollar U.S, le Lira ( la monnaie turque) a vu sa volatilité atteindre 65%, alors que le bitcoin lui a atteint 61%.

Génération digitale

 Le danger réside autre part.  Aux Etats-Unis, des recherches ont montré que la moitié des jeunes hommes américains âgés entre 18 et 29 ans disent avoir « investis, trader ou utiliser une forme de crypto-monnaie ».

Une portion de ces jeunes hommes ont utilisé une partie de leurs économies dans ces « crypto-monnaies ». La génération Z s’éloigne des institutions financières traditionnelles et préfère investir en se basant sur ses propres recherches.

De nombreux projets « cryptos » ont un potentiel de croissance immense dans le futur. Mais dans le far-west de la crypto, ou la loi ne s’applique pas, d’innombrables projets ont vu le jours uniquement pour soutirer de l’argent à cette jeune population en quête de liberté financière.