« E-book », quand le marché du livre se réinvente

« E-book », quand le marché du livre se réinvente

Crédit photo: Pixabay

Qu’est-ce qu’il y a de mieux que de pouvoir lire et emporter sa bibliothèque quand on veut, là où on veut et sans aucune contrainte, c’est le principal atout des livres numériques qui ont connu un succès spectaculaire lors de la crise de la COVID-19.

Le marché des livres numériques a commencé à se développer au début des années 2000. Pour les non-connaisseurs, un livre numérique (ou e-book en anglais) est un livre édité et diffusé en version numérique. Il peut être acquis sur internet sous forme de fichiers et lu sur écran sur différents supports (ordinateur, tablette, smartphone, liseuse…).

Le succès des livres numériques peut être expliqué par plusieurs facteurs. D’abord, un public de plus en plus en quête d’aisance et de confort. En effet, une large sélection de livres peut être achetée en ligne sans avoir à se déplacer. En outre, la popularisation des liseuses bon marché, mais aussi le boom du marché mobile n’a fait que stimuler les ventes. Désormais, un utilisateur lambda peut stocker l’ensemble de sa bibliothèque sur son téléphone ou tablette, et ne sera plus limité dans le choix de ses lectures en cas de voyage par exemple.

Les livres électroniques disposent aussi d’autres atouts, à savoir des prix parfois plus abordables. Le public plus jeune, et donc plus technophile apprécie la lecture sur écran qui a de quoi séduire. Manifestement, elle offre une différente façon de tourner les pages, la possibilité de régler la taille de la police ou encore faire des annotations. Bref, c’est cette commodité des e-books qui explique en grande partie leur succès.

Au Maroc, les derniers chiffres en date montrent que le marché du livre numérique reste encore dans un état embryonnaire. Selon le rapport annuel sur l’état de l’édition et du livre au Maroc, l’essentiel de la production éditoriale marocaine est réalisé et diffusé en format papier. Toutefois, ce rapport publié par la Fondation du roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines stipule qu’il existe bel et bien une édition numérique. Ainsi chaque année, des centaines de titres sont recensés.

En dépit de cette situation, la révolution est là et la lecture numérique explose au Maroc. Dans un contexte épidémique moribond, beaucoup de jeunes Marocains acceptent désormais de changer leurs habitudes et optent pour le numérique, à l’image de Sara, une jeune Casablancaise qui dispose d’une liseuse « Kindle » (liseuse d’Amazon) et qui lit beaucoup de livres dessus.

Sara apprécie la flexibilité qu’offrent les e-books. « En fait, l’avantage principal pour moi est la possibilité d’avoir littéralement des centaines de livres dans mon sac sans l’alourdir, j’ai l’embarras du choix où que je sois, même en voyageant », dit-elle à la MAP. « Étant quelqu’un qui adore lire un peu partout et qui se trimballe tout le temps avec des bouquins (en papier auparavant), ça m’a changé la vie ».

Aujourd’hui plus que jamais, le livre regagne sa juste valeur. Au Maroc comme dans le monde, le numérique s’impose et le livre fait partie des dernières industries culturelles à ne pas avoir entamé sa mutation numérique. Mais grâce aux usages de plus en plus connectés que les gens font de leur smartphone ou leur tablette, la donne devrait changer, et peut-être que des personnes qui ne lisent pas beaucoup de livres finiront par devenir de grands bibliophiles.

Ismail Bahhane