La poterie, un art de vivre à part entière

La poterie, un art de vivre à part entière

Poterie marocaine / Ph: MAP

La poterie au Maroc est plus que l'artisanat, c'est un art de vivre à part entière, ancré depuis des siècles comme pure tradition marocaine qui montre des signes ostentatoires de la richesse culturelle du royaume.

Une tournée à travers les différents stands dédiés à la filière et aménagés à l’occasion de la 6ème édition de la Semaine nationale de l’artisanat (SNA) qui se poursuit jusqu’au 26 janvier à Marrakech, sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, est une occasion de découvrir pour les visiteurs un savoir-faire artisanal qui s’est transmis de génération en génération en se perfectionnant et atteignant un niveau de notoriété mondiale.

Il existe deux types de poterie au Maroc : la poterie rurale, celle du nord et du sud, connue pour sa sobriété avec moins de couleurs, et la poterie citadine, produite principalement à Salé, Fès et Safi et dotée de plus de motifs et de couleurs, un héritage de la civilisation arabe et empreinte d’art islamique.

Approché par la MAP, Ahmed Ghalmi, maître-potier de l’atelier ‘’Poterie Al Amal’’, a souligné que cet art est un véritable héritage générationnel devant être sauvegardé, car c’est ‘’un métier où seuls les maîtres-potiers épris survivent et retiennent leurs espoirs dans l’avenir de cette filière’’.

S’exprimant à propos des ‘’maux du métier’’, ce Salétin a reconnu que les ateliers de poterie de la région trouvent des difficultés à s’approvisionner de l’argile, une matière première devenue de plus en plus rare et difficile à trouver sur le marché.

Avec sa deuxième participation à cette manifestation, Omar Karimi, président de l’association de la céramique traditionnelle Charkaoui, a fait savoir à la MAP que ce salon est une occasion unique de faire connaître les produits typiques de la région de Béni Mellal-Khénifra, ayant manqué toutefois cette thématique des régions qui a caractérisé la dernière édition et a fourni une singularité spécifique attribuée à sa région.

‘’L’un des problèmes persistants rencontrés est celui de l’utilisation des fours traditionnels comme outil de cuisson et production de la poterie et de la céramique’’, a répondu cet artisan de Bejaâd à une question sur les difficultés récurrentes de son métier, ajoutant que son association espère progressivement ‘’amener des fours à gaz et remplacer le tour de potier traditionnel par celui électrique’’. Louant les efforts des organisateurs du salon, Mustapha El Hanbali, président de l’association ‘’Art de poterie et céramique’’ à Khénifra, a indiqué que cette édition est un véritable évènement national, honorant les produits d’artisanat marocain et donnant l’opportunité aux artisans de présenter convenablement leurs chefs d’œuvre par métier.

Organisée à l’initiative du ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale, à travers la Maison de l’artisan, cette édition de la SNA vise à construire une image de marque de l’artisanat marocain, faire de cet événement un espace de rencontres incontournable pour les artisans qui souhaitent mettre en valeur leurs créations, s’informer sur l’évolution des tendances et trouver de nouveaux débouchés, ainsi qu’aider à la commercialisation du produit tout en préservant et améliorant les revenus des artisans.