"Le poète de Safi", nouveau roman de Mohamed Nedali

"Le poète de Safi", nouveau roman de Mohamed Nedali

"Le poète de Safi" de Mohamed Nedali

"Le poète de Safi" est le titre du nouveau roman de l'écrivain Mohamed Nedali, paru récemment aux éditions La Croisée des chemins.

Ce livre de 245 pages (format moyen) raconte une histoire passionnante d’un jeune poète marocain, un peu éméché, qui pénètre en plein jour dans une mosquée de Safi et déclame un de ses poèmes les plus subversifs à travers les hauts-parleurs du minaret. Cet acte téméraire, périlleux, impensable, ouvre la course à une chasse à l’homme.

Le livre débute donc avec une Ode à Tighaline, une cité amazighe engloutie par l’océan atlantique et située par les archéologue à une trentaine de km au nord de Safi.

« Safi, la reine déchue, oubliée des dieux, reniée par les siens, malmenée par les nouveaux maîtres de céans. Safi, la cité que les voyageurs évitent comme on évite un pestiféré. Seuls quelques curieux prennent le temps de s’arrêter cinq minutes là-haut, sur la falaise de Sidi Bouzid, pour prendre une photo-souvenir de la ville en contrebas engourdie dans sa torpeur végétative, cinq autres minutes à la Colline des Potiers pour acheter une céramique aux couleurs bleutées », lit-on dans cette ode.

Le texte commence par un descriptif d’un après-midi du quartier safiote H’rait l’bid.  » A cette heure de la journée, le quartier, tout comme le reste de la ville, s’accorde un temps de répit : la circulation baisse, l’activité ralentit, les marchands ambulants et autres vendeurs à la sauvette se retirent dans les gargotes », décrit l’auteur. Parmi les poèmes sublimant le texte, l’auteur écrit: « Longtemps j’ai erré telle une épave à la dérive…De-ci, de-là, au gré des vents et des courants…J’avais le cœur gros, le moral en berne…j’étais une âme en peine, un cadavre ambulant (…) ».

Mohamed Nedali, est un écrivain marocain d’expression française. Il vit et travaille à Tahennaoute, son village natal, situé au pied du Haut-Atlas.

Il est l’auteur de plusieurs romans, publiés au Maroc et en France, dont « Morceaux de choix » (prix Grand Atlas 2005, prix des Lycéens en 2005, prix de la Diversité, Espagne 2009), « La maison de Cicine », « Triste jeunesse » (prix la Mamounia 2021).