L'exercice "African Lion 2021" se poursuit à Mehbes

L'exercice "African Lion 2021" se poursuit à Mehbes

Manœuvre aéroterrestre à El Mahbès / Crédit photo: MAP

Sur hautes instructions du Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d'État-major Général des Forces armées royales, l’exercice combiné maroco-américain "African Lion 2021" se poursuit dans la région de Grayer Bihi, située dans le sous-secteur Mehbes (province d’Assa-Zag).

Dans une déclaration à la MAP, le colonel Hicham Amrani, chef de l’exercice Africain Lion 2021 dans la région de Grayer Bihi, a indiqué que deux activités majeures sont programmées dans cette région, à savoir une activité de troupes aéroportées et une deuxième activité aérienne avec des tirs réels.

Parallèlement à ces deux activités majeures, a-t-il ajouté, des formations sont prodiguées au niveau de la zone au profit des éléments des FAR par des instructeurs américains et marocains.

De son côté, le colonel Robert Perry, commandant des opérations du côté américain, a indiqué que ces exercices sont l’occasion de travailler avec un grand partenaire, le Maroc, et permettront aux forces engagées de renforcer leur préparation et de parvenir à plus d’harmonie.

Ces exercices sont supervisés par le général de Corps d’armée, Belkhir El Farouk, Commandant la Zone Sud, et le le Général de division Andrew M. Rohling, Commandant général adjoint pour l’Afrique et commandant de l’unité opérationnelle de l’armée des États-Unis pour l’Europe méridionale, Afrique.

Le 17ème exercice combiné maroco-américain « African Lion 2021 » se poursuivra jusqu’au 18 juin 2021 dans les régions d’Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Mehbes, Tafraout, Ben Guérir et Kenitra, impliquant de milliers de miliaires multinationaux et un nombre très important de matériel terrestre, aérien et maritime.

En plus des États-Unis d’Amérique et du Royaume du Maroc, la 17ème édition de cet exercice connaît la participation de la Grande Bretagne, du Brésil, du Canada, de la Tunisie, du Sénégal, des Pays-Bas, d’Italie ainsi que de l’Alliance Atlantique, en plus d’observateurs militaires d’une trentaine de pays représentant l’Afrique, l’Europe et l’Amérique.

Les objectifs de cet exercice, considéré parmi les exercices interalliés les plus importants dans le monde, sont nombreux: renforcer les capacités manœuvrières des unités participantes, consolider l’interopérabilité entre les participants en matière de planification et de conduite d’opérations interarmées dans le cadre d’une coalition, perfectionner les tactiques, les techniques et les procédures, développer les aptitudes en matière de cyber-défense, entraîner la composante aérienne à la conduite des opérations de chasse, d’appui et de ravitaillement en vol, consolider la coopération dans le domaine de la sécurité maritime, conduire des exercices en mer dans le domaine de la tactique navale et des luttes conventionnelles et mener des activités d’ordre humanitaire.

Il englobe, en plus des formations et des simulations aux activités du commandement et des entraînements sur les opérations de lutte contre les organismes terroristes violents, des exercices terrestres, aéroportés, aériens, maritimes et de décontamination NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique).

Par ailleurs, et au titre des activités parallèles à vocation humanitaire, un hôpital médicochirurgical de campagne sera déployé au niveau d’Ameln (Tafraout) où des prestations médicales et chirurgicales vont être dispensées au profit des populations locales de la région, par des équipes médicales constituées de médecins et d’infirmiers des FAR et de l’Armée américaine.