Marrakech : Le jardin écologique Anima, un musée à ciel ouvert

Marrakech : Le jardin écologique Anima, un musée à ciel ouvert

Le jardin écologique Anima, un musée à ciel ouvert et un lieu privilégié pour les touristes en quête de dépaysement / Ph: MAP

Le jardin écologique Anima, situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Marrakech, est devenu en l’espace de quelques années seulement, une célèbre attraction touristique de la ville et un des hauts lieux de rencontres de cultures et d’artistes d’horizons divers.

Ce jardin botanique, qui s’étend sur plus de 8 hectares, est devenu un lieu privilégié à la fois des artistes et de touristes marocains et étrangers en quête de dépaysement et venus se ressourcer ou découvrir le charme unique de l’un des jardins les plus enchanteurs et les plus mystiques de la cité ocre.

Ph: MAP

Conçu et réalisé par l’artiste éclectique autrichien André Heller, ce musée à ciel ouvert est une source de fraîcheur pendant la canicule de l’été et un lieu magique invitant à la contemplation et à l’inspiration pour tous ceux qui souhaitent vivre une expérience inoubliable.

Pour les responsables de ce jardin écologique, le choix de Marrakech pour abriter ce projet n’est pas fortuit étant donné que la cité ocre a accumulé un patrimoine vert impressionnant durant les neuf siècles de son histoire témoignant de l’attachement des Marrakchis à l’art des jardins.

Ph: MAP

Ce musée vivant, qui a ouvert ses portes devant les visiteurs en 2016, rassemble des plantes et des arbres qui caractérisent la végétation abondante et riche du Maroc mais aussi des arbres et des plantes de toutes sortes provenant des quatre coins du monde.

Le jardin comprend également des salles d’exposition, dédiées à la culture et à l’art, dont l’une sera toujours consacrée à Hanz Werner Geerdts, un peintre d’origine allemande, décédé en 2013, qui a vécu 55 ans à la Médina de Marrakech.

Ph: MAP

Ce musée vivant comprend aussi un amphithéâtre pour les activités culturelles en relation avec l’environnement ainsi qu’une librairie.

Pour les objets d’art que l’on trouve dans le jardin, une partie provient de la collection privée d’André Heller, des œuvres de tout premier plan, comme une reproduction en bronze du penseur de Rodin, les autres ont été réalisés sur place.

Ph: MAP

En réalisant ce joyau architectural et cet espace unique, ce passionné de la nature et des parcs, a voulu se lier de façon exceptionnelle à Marrakech et au Maroc, dont il est tombé amoureux depuis sa première visite en 1972.

« Du Sahara jusqu’à la Méditerranée et de l’Atlantique jusqu’au Rif, le Maroc est un territoire du bonheur pour moi », décrit André Heller ses sentiments envers le Maroc.

Ph: MAP

A l’âge de 60 ans, cet artiste universel a acheté 08 hectares de terre en jachère au sud de Marrakech. Les travaux commencèrent alors et cet artiste, qui croit en le pouvoir magique des jardins et des parcs sur les hommes, voire comme moyen de thérapie, emploie toutes ses expériences, tous ses talents et toutes ses épargnes pour créer un jardin magique et « un endroit de paix et de douceur dans le but de faire face à la folie effrayante, irresponsable du monde auquel nous sommes confrontés chaque jour ».

Ph: MAP

La réalisation de ce jardin est aussi une manière pour lui, de remercier le Maroc et plus précisément la ville de Marrakech, pour ce qu’elle lui avait offert de plus précieux et d’inoubliable.

Source: MAP