Ouverture de l'exposition "A bonne distance(s)" au Musée national de la photographie

Ouverture de l'exposition "A bonne distance(s)" au Musée national de la photographie

Vernissage de l’exposition "A bonne distance(s)" d'images capturées par les photographes de l’AFP lors de la pandémie / Crédit photo: MAP

L'exposition "A bonne distance(s)", qui capte les moments d'une vie humaine réduite à distance en raison de la crise sanitaire du coronavirus, s'est ouverte lundi à Rabat, au Musée national de la Photographie.

Fruit d’une collaboration entre l’Institut Français du Maroc (IF), la Fondation nationale des musées (FNM), l’Agence France-Presse (AFP) et le partenaire Redal, l’exposition immortalise une société mondiale devenue virtuelle et sécurisée, capable de travailler en continu dans un monde paralysé par la pandémie. Elle fait la lumière sur une société qui vit sous la contrainte de la distanciation physique, le port du masque sanitaire, et des lieux de cultes inoccupés.

Dans sa déclaration à la MAP, l’ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal, s’est dit heureuse de voir cette collaboration proposer une exposition de photographie, à la fois à l’intérieur du musée de la Photographie, mais aussi à l’extérieur, portant sur la pandémie partout dans le monde. Décrivant l’ouverture des musées au Royaume, à l’heure de la crise sanitaire, « d’une grande chance », Mme le Gal a appelé le public à profiter de ces musées.

Pour sa part, le président de la FNM, Mehdi Qotbi, a qualifié d’extraordinaire l’ouverture de cette exposition. « Je ne me fatiguerai jamais de répéter que c’est toujours un bonheur d’ouvrir une exposition, de donner de la couleur et de donner de l’espoir, car un musée c’est l’espoir, c’est la beauté », a-t-il dit. M. Qotbi a également souligné, dans sa déclaration à la MAP, l’importance et la nécessité d’avoir des messages d’espoirs, de joies et de vie, représentés aujourd’hui, par cette exposition de photographie, qui se poursuit jusqu’au 30 juin 2021, dans le strict respect des règles sanitaires.

La directrice du bureau de l’Agence France-Presse (AFP) à Rabat, Sophie Pons, a indiqué que son agence est à « l’origine de cette exposition assez monumentale, déployée sur trois sites à Rabat. Avec plus de 200 photos présentées, c’est la plus grosse exposition faite par l’AFP, car extrêmement rare ».

Mme Pons a souligné qu’il est « un honneur », pour une agence de presse qui fait des photos périssables, d’être accueilli par la FNM au niveau du Musée de la Photographie, alors que la coopération avec le réseau de l’Institut français au Maroc a apporté un énorme soutien logistique et un accompagnement graphique. Le but de cet événement culturel « est double », a-t-elle expliqué. Il s’agit, d’une part, de montrer au public le travail d’une agence de presse et de l’autre de mettre en avant l’importance du regard du journaliste, « qui sert d’archive pour l’histoire à un moment où personne ne pouvait sortir ».

A bonne distance(s) est une exposition tripartite entre la FNM, l’AFP et l’IF Maroc, à découvrir sur trois lieux culturels de la capitale, notamment le musée national de la photographie et son esplanade, les grilles du jardin d’essai botanique et l’Institut français de Rabat, a fait savoir le conservateur du Musée Nationale de la Photographie, Soufiane Er-Rahou.

Pour la directrice de l’Institut Français du Maroc, Clélia Chevrier Kolačko, cette grande exposition majeure réunit 200 photographies, prises par les photographes de l’AFP pendant la pandémie, à travers le monde, dont une vingtaine de photographies marocaines, reflétant une vision de résilience de l’humanité face à cette crise sanitaire. De son côté, le directeur Communication et marketing à Redal, Fouad Chaouni, s’est dit « ravi » d’être partenaire de cet événement culturel qui vise à renforcer et à soutenir la démarche RSE de l’entreprise.