Saison hivernale: les acteurs du tourisme affûtent leurs armes

Saison hivernale: les acteurs du tourisme affûtent leurs armes

La Place de Jemaa el-Fna à Marrakech / DR

Après un été en bonne mine, marqué par un retour en masse des touristes internationaux et des Marocains résidant à l'étranger (MRE), le ministère du Tourisme, en collaboration avec l'ensemble des acteurs majeurs du secteur, affûtent déjà leurs armes pour préparer et anticiper la prochaine saison hivernale.

La tutelle a lancé tout récemment les travaux de la nouvelle feuille de route du secteur, avec pour orientation d’intégrer un partenariat public-privé fort et des relais au niveau territorial, dans l’optique de renforcer la dynamique de reprise observée et d’accélérer par ricochet le rythme de récupération des performances de 2019.

D’ailleurs, la ministre du tourisme Fatim-Zahra Ammor avait annoncé, dans ce sens, qu’un plan d’attaque a déjà été mis en place pour augmenter à court-terme les capacités de l’aérien vers le Royaume, en vue de promouvoir la destination auprès des tour-opérateurs et renforcer sa notoriété auprès des touristes internationaux.

Il est, également, question de renforcer l’aérien à travers l’augmentation de la capacité et la multiplication des vols point à point, l’alignement de l’offre touristique à la demande nationale et internationale ainsi que la stimulation de l’investissement public/privé autour de leviers prioritaires dont l’animation et l’écotourisme, avec un objectif global d’atteindre 26 millions de touristes ciblés à l’horizon 2030.

La saison hivernale en ligne de mire

A la veille de la saison hivernale, et contrairement aux deux dernières années, les opérateurs du secteur semblent retrouver le sourire et se réactivent dès maintenant à même de permettre le lancement d’une saison hivernale pour le moins que l’on puisse dire « prometteuse ».

Et c’est Hamid. B, gérant d’un hôtel 5 étoiles à Marrakech qui le confirme. Selon lui, la dynamique qu’a connu le secteur touristique marocain cet été a fait renaître l’espoir chez les différents acteurs du secteur, qui sont désormais plus qu’optimistes pour la saison hivernale.

A la question de savoir comment se présentait cette saison, il a affirmé que la ville ocre est sans nulle doute la destination fétiche des touristes étrangers, surtout en hiver.

« Donc, il y aura certainement une forte demande pour cette saison. De notre côté, les préparatifs viennent d’être entamés, mais nous avons besoin d’être accompagnés « , a-t-il fait savoir.

« La seule appréhension à laquelle nous faisons face pour le moment, a poursuivi ce professionnel, est celle du spectre des pressions inflationnistes qui continuent de planer sur les prix des billets d’avions ce qui pourra, peut-être, impacter le nombre des touristes internationaux ».

Il a, par ailleurs, affirmé que les éléments distinctifs caractérisant cette saison, dont notamment la diminution du nombre d’heures d’ensoleillement, le froid et la neige, sont essentiels à prendre en compte lorsque l’on aborde le tourisme hivernal, notant à cet effet, que la perception de l’hiver de la part des citoyens et le transport ont tous un impact sur l’évolution et l’essor du tourisme durant la saison d’hiver, mais surtout sur les décisions prises par les acteurs du secteur pour s’apprêter à cette saison.

Du côté du Moyen Atlas, Halima, gérante d’une auberge à Ifrane a souligné que sa structure affiche complet à chaque saison hivernale grâce à la diversité et la richesse des potentialités et des ressources touristiques dont dispose cette province et qui permet à cette destination d’offrir des produits touristiques divers et adaptés aux différentes attentes des visiteurs et touristes.

Après avoir rappelé que l’hiver représente une composante essentielle de ce qui caractérise la ville d’Ifrane, Halima a relevé que la saison ne commence pas quand les touristes arrivent… « C’est bien avant que se joue la réussite ou l’échec ». Faire face à un afflux de clients, c’est se préparer à les servir, les satisfaire, c’est avoir le stock, le personnel, prêt et formé, c’est avoir des fonds, prêts à être investis et gérés », a-t-elle fait observer.

« Plus concrètement, pour encourager les clients en cette période, nous mettons en place des offres de réservation très alléchantes et sans remboursement sur les annulations jusqu’aux deux derniers jours de la date d’arrivée. De ce fait, on peut dire que 100% des annulations de la saison hivernale ne nous seront pas remboursées », a confié la gérante, dont l’auberge est en activité depuis 1998.

Et de soutenir qu’avec 70% des nuitées hivernales, les vacances d’hiver sont de loin la période qui pèse le plus en matière de fréquentation touristique pour cette région, notamment pour les fanatiques de Ski.

Pour faire court, la saison touristique hivernale est tout un tas de petits défis à relever, d’où la nécessité de connaître son industrie, ses spécificités locales, sa clientèle, en plus de s’adapter aux conditions économiques du moment en vue de concrétiser l’ambition d’un retour accéléré aux niveaux habituels, connus du secteur.

 

MAP / Samia Boufous