Une plainte antitrust accuse Google d'avoir trompé les annonceurs de publicités

Une plainte antitrust accuse Google d'avoir trompé les annonceurs de publicités

Crédit photo: AFP

 Plusieurs Etats américains ont intenté une action en justice contre Google, l'accusant d'avoir trompé, pendant des années, les éditeurs et les annonceurs sur la tarification et les processus de ses enchères publicitaires. 

Les directeurs généraux de Google et de Facebook ont personnellement supervisé un accord illégal de 2018 qui a avantagé Facebook sur les enchères publicitaires de Google, affirme un groupe de procureurs généraux d’État dirigé par le Texas dans une plainte antitrust déposée contre Google en décembre 2020 et dont les détails ont été rendus publics vendredi.

Facebook, récemment rebaptisé Meta, ne figure pas parmi les défendeurs dans la plainte.

Dans le cadre de l’accord avec Facebook, Google et Facebook ont illégalement collaboré pour diminuer les prix payés aux éditeurs, exclure les réseaux publicitaires rivaux et manipuler les enchères publicitaires gérées par les éditeurs, selon la plainte.

Google empochait la différence entre ce qu’il déclarait aux éditeurs et aux annonceurs sur le coût d’une publicité et utilisait cette réserve d’argent pour manipuler les enchères futures afin d’étendre son monopole numérique, précise la même source.

Des documents citent une correspondance interne dans laquelle des employés de Google affirment que certaines de ces pratiques reviennent à développer son activité grâce à des « informations privilégiées ».

La directrice de l’exploitation de Facebook, Sheryl Sandberg, dont le nom est expurgé dans la plainte, a qualifié l’accord de  » hautement stratégique » dans un courriel incluant le PDG de Meta Mark Zuckerberg, dont le nom est également expurgé. Mme Sandberg et le PDG de Google, Sundar Pichai, ont approuvé les conditions de l’accord, affirment les autorités américaines, notant que Mme Sandberg était auparavant un cadre supérieur dans le secteur de la publicité de Google.

Selon les plaignants, Google a conclu l’accord après que Facebook ait annoncé une mesure qui aiderait les éditeurs et les annonceurs à contourner les frais imposés par Google pour la publicité via ses services. Selon les États, Google craignait une menace à long terme pour son monopole sur les serveurs publicitaires si un nombre suffisant d’acheteurs étaient en mesure de contourner ses frais.

Un porte-parole de Google a déclaré que l’action en justice était « pleine d’inexactitudes et dépourvue de fondement juridique ». Il a ajouté que « nos technologies publicitaires aident les sites web et les apps à financer leur contenu, et permettent aux petites entreprises de toucher des clients dans le monde entier. Il existe une concurrence vigoureuse dans le domaine de la publicité en ligne. »